Parlementaires : les réseaux de soins ouverts, un modèle gagnant/gagnant !

La thématique des réseaux de soins et d’un éventuel détournement de clientèle est une préoccupation qui occupe nos parlementaires. Deux députés ont alerté ces derniers mois le gouvernement sur le sujet, qui leur a répondu. Carte Blanche Partenaires souhaite apporter certaines précisions.

Dans un article du site acuité.fr du 27 janvier 2016, il est rapporté que deux députés socialistes Michel Vergnier et Serge Bardy ont alerté le gouvernement dans 2 questions écrites sur le détournement de la clientèle par les réseaux de soins, notamment dans les réseaux fermés. Le gouvernement a répondu que « comme l’a encore relevé l’autorité de la concurrence, la limitation du nombre de professionnels référencés par les organismes complémentaires d’assurance maladie est de nature à permettre une modération des coûts contre la perspective de recevoir un nombre significatif d’assurés. En l’absence d’un tel dispositif, sur un marché connaissant un nombre toujours croissant de professionnels, marqué par une asymétrie d’information entre professionnels et assurés sur le coût et la qualité des équipements proposés, l’efficacité d’un réseau conventionné est moins importante ».                             

Sur ce point, Carte Blanche Partenaires souhaite apporter certaines précisions. Le réseau de soins « fermé » n’est pas le seul modèle existant en France. Sa principale limite est l’accès aux soins et donc aux professionnels de santé par les assurés. Les réseaux fermés n’acceptant qu’un nombre limité de professionnels de santé, la couverture nationale est donc limitée pour les assurés qui doivent, dans certains cas, faire des dizaines de kilomètres pour trouver un professionnel de santé référencé. En l’occurrence les réseaux fermés d’opticiens ne permettent en moyenne qu’à 50% des assurés de profiter du réseau.

Il existe le modèle du réseau « ouvert », comme celui de Carte Blanche Partenaires. Carte Blanche Partenaires, réseau « ouvert », précise que son réseau ne limite pas le nombre de professionnels. L’assuré a donc beaucoup plus de certitudes de trouver un professionnel de santé à proximité de son domicile ou du lieu de son activité professionnelle !

Pour les professionnels de santé, le réseau ouvert est également avantageux. En effet, dans un réseau de soins « fermé », sur une zone géographique donnée le nombre de professionnels de santé sera limité, la promesse du réseau fermé étant d’orienter des clients en plus de la clientèle habituelle. Le risque majeur pour un opticien dans un réseau fermé est que lors du renouvellement du réseau, et bien qu’il ait totalement respecté la convention, son nouveau scoring lui soit défavorable par rapport à son concurrent juste en face… et donc perte immédiate de clientèle !

N’oublions pas que pour une grande partie des achats d’optique hors réseaux fermés, les assurés seront moins bien remboursés.

Or, dans un réseau ouvert, le nombre d’opticiens sur une zone géographique donné sera plus important et facilitera l’activité des opticiens qui seront plus nombreux à pouvoir proposer à leurs clients des équipements optique de qualité à des tarifs encadrés. Et, comme pour Carte Blanche, sans différenciation de remboursement dans le réseau et hors le réseau. L’orientation est basée sur les avantages apportés et pas sur la restriction.

Il convient donc que les pouvoirs publics, qui ont conscience de l’importance de l’accessibilité aux soins pour tous, s’engagent à différencier les réseaux « fermés », des réseaux « ouverts », performants comme celui de Carte Blanche Partenaires. Ces réseaux ouverts sont avantageux à la fois pour l’assuré qui peut trouver un professionnel de santé proche, et pour les professionnels de santé qui seront plus nombreux à proposer des prestations de qualité à des tarifs encadrés sur une zone géographique donnée.

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *