Ne m’appelez plus jamais « Réseau » ! (partie 1)

La rumeur court depuis plusieurs semaines au même rythme que les spéculations autour du « 100% Santé ».

NON les réseaux ne sont PAS morts.
NON la réforme ne va pas tuer les réseaux.

Le « 100% Santé » va accélérer le phénomène de standardisation des offres. Je grossis le trait mais, demain, les garanties Santé seront toutes quasi identiques. Le socle d’adhésion et de fidélisation des assurés sera commun à toutes les « mutuelles » et confirmera  la valeur ajoutée des services.

Il y a le 100% Santé, et en face, le choix d’achat de l’assuré !

Si, dans notre étude sur les impacts financiers du « 100% Santé », nous estimons que le taux de recours aux offres optiques « 100% Santé » avoisinera les 10%, cela signifie que les 90% restants concerneront les offres issues du « marché libre », techniquement appelées « paniers libres ». Dans ce cadre, les réseaux de soins auront plus que jamais leur rôle de régulateur à jouer, afin de poursuivre leur action de facilitation d’accès à des soins de qualité, au juste prix. Nous continuerons à nous assurer que les tarifs facturés correspondent bien à la qualité des produits délivrés et au besoin du porteur,  mais aussi, que les équipements sont de qualité suffisante par rapport au besoin et au tarif.

Ce scénario est le même pour les soins auditifs et bucco-dentaires, sachant que tout le marché se rejoint sur une certitude : les offres « 100% Santé » seront majoritairement utilisées par les assurés dont les garanties sont les plus faibles. Reste à s’assurer que ce règlement sur les tarifs « 100% Santé » n’entraînera pas une hausse des tarifs sur les paniers libres, voire une surconsommation liée à une recherche de compensation de la baisse des prix par le volume.

Dans les trois domaines de santé, le rôle du réseau de soins en tant que régulateur du marché restera le même, avec une attention particulière portée aux contrôles anti-fraude.

Bien sûr, les réseaux devront, eux aussi, s’adapter à la réforme et apporter des évolutions à leurs services pour être en conformité. Mais pour un réseau comme Carte Blanche, qui avait pris de l’avance sur le sans reste à charge de qualité (cf. offre Carte Blanche-Prysme, oserais-je dire qu’en optique nous avons mis en place un « 100% Santé + » avant l’heure ?), les objectifs sont tout à fait atteignables.

Outre les impacts liés aux modifications des nomenclatures, pour Carte Blanche, le travail d’adaptation se concentrera essentiellement, pour l’optique, sur la mise en conformité de son offre zéro RAC aux exigences du « 100% Santé », pour l’audiologie, au renforcement du contrôle du suivi patient, et pour le dentaire, à l’ouverture d’un réseau implantologie. Enfin, pour accompagner les évolutions sectorielles en lien avec l’accompagnement santé, Carte Blanche renforcera son activité autour des services.

A suivre…

Lire l’article  « Ne m »appelez plus jamais « réseau » Partie 2″

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *