La lutte contre la fraude optique une priorité de Carte Blanche Partenaires

Un des principaux problèmes du secteur optique est le phénomène appelé de la « fraude optique ». La récente enquête du magazine UFC-Que Choisir révèle que près d’un opticien sur cinq propose une fraude à la complémentaire santé. Carte Blanche Partenaires conscient de ce problème met tout en œuvre pour lutter contre le phénomène comme nous l’explique M. Jean-François Tripodi, Directeur Général de Carte Blanche Partenaires. 

Q1/ Jean-François Tripodi, que pouvez-vous nous dire sur la fraude optique ?

Jean-François Tripodi : « La fraude optique est un souci contre lequel nous, plateforme santé partenaire des opticiens devons lutter. Cette situation n’est pas immuable et Carte Blanche Partenaires agit en amont de la vente pour endiguer cette pratique. Tous les 9 400 opticiens partenaires de Carte Blanche Partenaires utilisent un logiciel de vente magasin en connexion directe avec Carte Blanche Partenaires permettant l’automatisation et la dématérialisation du processus administratif : prise en charge et facture. Carte Blanche Partenaires peut ainsi contrôler en temps réel la conformité des verres et des lentilles vendus et que l’opticien respecte ses engagements qualitatifs et tarifaires. Plus d’un million de dossiers sont traités par an. Le catalogue Carte Blanche Partenaires des verres et lentilles donne un tarif plafond par verre en fonction de la correction, soit plus de 237.000 références. »

Q2/ Concrètement comment fonctionne ce logiciel ?

Jean-François Tripodi : « Notre processus basé sur la norme Optoamc implémentée dans les logiciels opticiens, et grâce au partenariat avec les fournisseurs de verres et lentilles pour connaître le détail des produits, permet que l’opticien ne peut pas optimiser son tarif des verres pour faire prendre en charge une monture avec un prix élevé, puisque le tarif des verres est donné par Carte Blanche Partenaires. Nous avons ainsi totalement bloqué cette fraude mise en avant par le magazine UFC Que Choisir. »

Q3/ Existe-t-il pour les opticiens d’autres moyens de frauder ?

Jean-François Tripodi : « Oui, l’opticien peut vendre d’autres verres que ceux facturés. Pour contrer cette fraude Carte Blanche Partenaires réclame aux opticiens le bon de Livraison du fournisseur de verres ou de lentilles pour s’assurer que le verre commandé et payé est bien celui qui a été délivré, et donc empêche la vente des lunettes de soleil sur le forfait optique de l’assurance complémentaire. 400 contrôles sur Bon de Livraison sont effectués mensuellement. Nos actions permettent aux opticiens qui le veulent de mettre en œuvre un fonctionnement honnête et responsable avec nos bénéficiaires, je souhaite qu’ainsi cette transparence se déploie dans toute la profession. »

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *