Disruption, innovation, … morceaux choisis

kaissa consulting a récemment interviewé Carte Blanche Partenaires. Vous trouverez ci-dessous quelques verbatim de l’entretien avec Jean-François Tripodi.

« La disruption est un mot à la mode comme on aime les fabriquer. Pourtant, ce mot a véritablement du sens. Lorsqu’on applique une très forte rupture dans un processus de production et de vente entraînant un changement flagrant des procédures, un changement de modèle conduisant à une modification profonde des comportements marchands, on suit le principe de disruption. Cette disruption, nous nous y sommes frottés. Notamment en installant l’offre Prysme. Tout consiste à dire qu’un acteur de l’assurance santé devient le fabricant et le distributeur de biens médicaux. C’est ce que nous avons fait. »

« Ainsi en 2011, nous avons été les premiers à lancer un référencement des fabricants de verre pour disposer de la description détaillée de tous les verres afin de mettre un tarif approprié à chacun. Aujourd’hui, tous les réseaux font la même chose. En 2012-2013, nous avons estimé que les opticiens ne devaient plus saisir les prises en charge de leurs clients sur un portail séparé de leur outil de gestion. Nous avons implémenté un service numérique qui permet au logiciel de gestion de vente de l’opticien d’être branché directement à la plateforme Carte Blanche Partenaires : OptoAMC. Nous avons exigé de l’opticien que la demande de prise en charge provienne exclusivement de son logiciel de vente à partir du devis proposé à son client et le tout connecté en temps réel avec nous. Nous avons pris un risque. Nous avons ainsi radié 1 000 opticiens qui n’ont pas pu nous suivre, et nous en avons gagné 1 500 qui nous ont rejoint dans un second temps.

«  Il faut arrêter dans ce monde de l’assurance santé de laisser les acteurs vivre comme des blocs séparés voire opposés. Il est vrai que cela peut créer des frottements sérieux au moment de l’accrochage, mais ce sont in fine des frottements bénéfiques pour tous. N’oublions que notre objectif est que les bénéficiaires accèdent à des soins de qualité à un juste prix. Avec cette politique de disruption, de rapprochement avec les métiers, nous atteignons cet objectif.

« Prédisons que sous cinq ans, une disruption va bouleverser le monde de l’assurance et se glisser au cœur de ses métiers. »

«  Certes, on ne touchera pas aux fondements de base de la mutualisation, sinon cela signifierait la mort de l’assurance, mais on va modifier profondément le modèle d’organisation de l’assurance, ce qui va changer les relations avec l’assuré. Là encore les plateformes santé peuvent apporter de meilleures capacités d’agilité et de partenariat. »

Lire l’intégralité de l’interview

Propos recueillis par Luc Jacob-Duvernet

 

 

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *